Cowboys : mythe vs réalité

Articles Univers Western, Tous Les Articles -

Cowboys : mythe vs réalité

de lecture - mots

L'une des images les plus idéalisées en Amérique ainsi que dans le monde est celle du cowboy. Un peu comme nous et les preux chevaliers en Europe. Le cowboy est généralement représenté comme un homme seul, anglophone et autodidacte, montant son cheval avec style. Il dépasse ses limites et va au-delà du danger. Et cette image inspire des sentiments patriotiques à nos amis outre-atlantique, représentant les idéaux américains. Il incarne les vertus de la société américaine. L'image du cowboy de western stéréotypé qui est courageux, juste et noble a pratiquement effacé la vérité sur le cowboy qui existait réellement au milieu des années 1800.

Cowboy tenant un drapeau américain

L'histoire du Far West est devenue un mythe, et l'Amérique a basé ses traditions non pas sur le Far West lui-même mais sur le mythe de l'Ouest. La réalité est que le personnage historique n'était pas aussi bon et juste que les westerns nous le font croire depuis des décennies. Il ne représentait pas vraiment la paix.

Avec cet article, nous allons donner une image plus fidèle du cowboy en différenciant le mythe de la réalité.

La naissance du cowboy

Ce personnage est né au Texas au milieu des années 1800 quand de grands troupeaux de vaches sont soudain devenus disponibles. En effet, après l'indépendance du Texas, de nombreux Mexicains ont fui vers le sud, laissant derrière eux des milliers de bovins qui paissaient dans les marais. Ces bovins étaient considérés comme des biens publics puisqu'ils n'avaient pas de propriétaires. Les habitants du sud du Texas ont découvert que rassembler les animaux errants et les conduire au marché était une bonne affaire.

Troupeaux de vache au Far West

C'est donc à ce moment-là aussi que les ranchs ont été créés par des hommes ou des entreprises afin d'accueillir ces grands troupeaux. Le succès d'un éleveur dépendait de sa capacité à transporter les grands troupeaux et à les vendre dans les régions où la demande était forte. Pour ce faire, le bétail devait être transporté vers le nord, vers les marchés nationaux ou au moins vers les points d'expédition par chemin de fer.

Le plus grand problème concernait le chemin par lequel le bétail allait passer. En effet, les colons agriculteurs qui se trouvaient sur le chemin ne pouvaient pas accueillir les grands troupeaux qui marchaient sur leurs cultures et les détruisaient. Dans de nombreux cas, les hommes de loi empêchaient souvent le bétail de traverser certaines régions.

Le seul chemin que le bétail pouvait donc emprunter librement était le nord, à travers le territoire indien où aucune loi n'existait. Pour assurer le succès de la conduite du bétail dans ces terres sauvages, il fallait un grand nombre de d’hommes pour déplacer les vastes troupeaux de bétail. Ainsi, alors que ces bandes de garçons vachers conduisaient leurs troupeaux du sud du Texas vers le nord, l'ère du cowboy américain était née.

Une bande de cowboys et leur troupeau de vaches

 

Le voyage de ces hommes de ferme sur la piste était plein de risques puisqu'ils rencontraient de nombreux dangers qui étaient traditionnellement associés à la frontière ouest du Mississippi, c’est-à-dire l'entrée au véritable Far West. Dans les vastes plaines, les hommes étaient à la merci de la nature qui était souvent impitoyable. Ils devaient supporter les tempêtes de vent, les incendies de prairie et même les inondations. A cela s'ajoutait le risque d'attaques de la part des Indiens qui habitaient ces terres.

Cependant, le règne de l’homme aux santiags ne dura pas longtemps et moins de vingt ans après le premier passage du bétail, les choses ont évolué et la nécessité des garçons vachers a diminué. L'extension des lignes de chemin de fer dans le sud, a rendu inutile le transport des troupeaux de bétail vers le nord.

Train du Far West

En outre, les gouvernements locaux ont tracé des lignes légales qui refusaient aux grands troupeaux le droit de traverser la plaine en direction du nord. Malgré cela, l'image du cowboy a continué à se développer et une représentation idéalisée de celui-ci a été créée. Cette image a été adoptée par le public et continue à influencer l'image que la plupart des gens ont du cowboy. Celle-ci a notamment était énormément perpétrée par les westerns de Hollywood

Le mythe du cow-boy

Le mythe du cowboy est l'un des plus anciens d'Amérique et il s'exprime dans une vaste collection d'oeuvres littéraires, de westerns et de folklore qui s'étend sur une période de trois siècles. Ce tout nouveau pays éclaté, avait besoin d'une identité nationale américaine qui représenterait la conquête de l'ouest sauvage et l'assujettissement des premiers habitants. 

Ce personnage-là, se bat donc à cheval, comme le faisaient les chevaliers de la cavalerie. Il s'en va, armé d'une étrange nouvelle arme qu'il utilise de manière ambidextre et précise, il jure comme un soldat, boit "comme un vrai bonhomme", porte des vêtements comme les acteurs et se bat comme un diable. Il est gracieux avec les dames, méfiant envers les étrangers, généreux envers ses amis et brutal avec ses ennemis. On pense évidemment aux westerns de John Wayne. Retrouve notre article sur la différence entre le mythe du Far West et la réalité, en cliquant ici !

Un cowboy de profil

Selon le mythe, c’est un homme qui est responsable de son destin ; il relève les défis de tous les jours et, même face à de grandes difficultés, il ne recule pas mais fonce sans relâche. Selon le mythe encore, les cowboys étaient possédés par un esprit de liberté lorsqu'ils s'aventuraient dans le Far West. Ces âmes courageuses ne craignaient ni l'homme, ni les bêtes, ni les éléments et incarnaient l'archétype de la liberté. Ce personnage populaire incarne toutes les vertus de l'homme anglo-américain. L’acteur Charles Bronson a beaucoup représenté ce personnage dans les westerns. Petite, je l’ai adoré dans “ Les 7 mercenaires” ou encore dans le grand classique “Il était une fois dans l’Ouest”. Ce justicier aux yeux bleus m’a fait rêver je l’avoue. 

Alors, qu'en vérité, historiquement il n'était pas responsable de son propre destin car les cowboys étaient pour la plupart des ouvriers agricoles pauvres qui étaient engagés pour aider à conduire les gros troupeaux au marché. Ils vendaient leurs compétences en échange d'argent et ils suivaient les ordres de leurs maîtres

Cette réalité contraste avec l'image mythique que l'on a donc construit de ce personnage du Far West. On le représente comme un homme sûr de lui qui est maître de son propre destin. La sophistication qui lui est donnée est également une création du mythe. L'image que donne Cary Grant par exemple dans ses westerns n'a aucun mérite historique puisque le cowboy était un ouvrier agricole peu sophistiqué dont la subsistance dépendait de ses compétences acquises avec le bétail.

Un cowboy et son troupeau de vaches

Malgré cela, cette image a été acceptée par un large public et continue à être à la base de l'image stéréotypée. Un autre aspect de cette image mythique est celle de l'homme de Loi. Cette image a d'abord été créée pour changer de l’image de méchant en protagoniste bon et juste.

Avant cela, cet homme du Far West avait été glorifié comme un héros sans loi avec des hommes tels que Buffalo Bill personnifiant le cowboy par excellence.  Puis il a donc peu à peu était représenté comme un homme héroïque qui luttait pour le droit et la justice afin de soumettre une terre sauvage. Un homme bon, prêt à mourir pour une cause, courageux, désintéressé et en tant que tel un héros. C'est l'image qui est projetée dans la plupart des films de western où le héros court après les personnages sans loi et les confronte dans une bataille épique au fusil ou au révolver. La plupart du temps, le cowboy désintéressé gagne grâce à son habileté avec son six-coups qui symbolise une arme de paix et de justice. Il méprise les distinctions de classe et s'impose l'obligation d'aider toute personne en détresse. Le mythe le présente comme une personne d'honneur qui vit selon un certain code, comme le faisaient les chevaliers médiévaux. 

Collection chapeaux de cowvboy

Un autre aspect de l’image mythique est celle du pionnier qui a ouvert la voie à l'imposition de l'ordre dans le Far West.

L'expansion vers l'ouest est vue comme une frontière invisible séparant la civilisation de la sauvagerie. Or, on le sait, les sauvages étaient bien les occidentaux qui ont massacrés les Indiens. Le développement américain dépendait de l'avancée de la colonisation américaine vers l'ouest et de la civilisation des régions sauvages. Le cowboy personnifie donc cette poussée de la ligne frontalière vers l'avant. Selon ce mythe, ce personnage était un survivant du Far West qui tentait de mener une vie pacifique mais qui était prêt à utiliser des moyens violents (ses compétences de tireur) pour établir la paix et la justice. Il est donc dépeint comme un individu qui aime sa nation et qui remplit le devoir patriotique d'un citoyen en aidant à la colonisation de "l'espace vide" qui existe dans le Far West.

Réalité du cowboy

Les mythes donnent une image pleine d'espoir qui est loin de la réalité. Tout d'abord, la conquête et la colonisation de l'Ouest, supposées être menées par ces hommes au XIXe siècle, ont inévitablement entraîné la destruction ou, au mieux, le déplacement des populations indigènes qui avaient jusqu'alors habité la terre.

Selon les récits mettant en valeur les cowboys et dans nombre de westerns hollywoodiens, les Indiens sont présentés comme une tribu barbare et sauvage. Dans son voyage vers l'ouest, le héro de western est constamment attaqué par des hordes d'Indiens avec leurs arcs et leurs flèches. Il combat courageusement ces barbares et répand ainsi la civilisation dans l'ouest désolé.

Chef indien et son arc

Cette idéalisation du cowboy et la diabolisation de l'Indien sont loin de la vérité. En réalité, ces hommes sont coupables d'avoir attaqué et tué les Indiens dans leur quête pour acquérir des terres auprès de ces indigènes. Lorsque les colons et les éleveurs souhaitaient élargir l'horizon à l'Ouest, les Indiens se mettaient en travers de leur chemin puisqu'il s'agissait de leurs terres. Il fallait donc les éliminer et le principal moyen d'y parvenir était la violence.

La Far West n'était pas une terre vaste et vide que le cowboy a bravement conquise. Au contraire, l'Ouest était une terre indienne et les Américains étaient des intrus.

Chefs indiens sur leurs chevaux

Le mythe perpétue malheureusement également le racisme en AmériqueLe mythe prône que la population de cowboys américains était entièrement composée de blancs. Or, les historiens estiment que jusqu'à 40 % d'entre eux étaient hispaniques ou noirs et leur influence est évidente dans leur langage. Malgré cela, l'image populaire typique du Far West est celle d'un homme blanc à la mâchoire carrée et au chapeau incliné.

Dans la plupart des histoires et films de western, le bon anglo-américain triomphe des mauvais Indiens et mexicains, suggérant ainsi une supériorité raciale. La violence est justifiée car il est suggéré que la paix et la civilisation ne peuvent être atteintes que par la confrontation violente. Un western m’a profondément marqué quand j’étais enfant, en effet le film “Le soldat bleu”, datant de 1970, montrait pour la première fois la violence que subissait les améridiens. Ce western est très violent et bien différent des films de John Wayne, que j'ai aussi aimé par ailleurs. Par la suite, d’autres films sont venus mettre plus en valeur cet aspect mais quasiment jamais, le héros amérindien tient le rôle principal et c’est vraiment à déplorer. Dans les années 60, ils ont essayé de faire des westerns prétendument “pro-amérindiens”, mais même quand ils ont voulu raconter l’histoire du grand chef indien Geronimo, ils ont engagé un acteur blanc aux yeux bleus, qu’ils ont grimmé comme un Indien. Si tu veux regarder cette mascarade, regarde donc le western “Geronimo” de 1962. Ils en ont fait un bête indien. 

Le mythe soutient également l’image des six-coups comme arme de paix. Ceci est ironique si l'on considère le fait que celui-ci a été utilisé pour expulser par la force les Amérindiens de leurs terres. Les cowboys étaient coupables de malhonnêteté et de vices sociaux. La plupart d'entre eux s'adonnaient notamment au vol de bétail dans le but de faire rapidement fortune. Ces hommes ne volaient pas seulement les gens en dehors de leur communauté, mais ils volaient aussi leurs maîtres. Ces hommes du Far West étaient aussi des aventuriers qui quittaient leur famille en quête d'aventure et/ou de nouvelles fortunes dans la nature. Cette image contraste fortement avec celle de l'homme dans les westerns qui fait régner la loi et l'ordre dans la communauté. En réalité, ces hommes étaient souvent responsables de l'anarchie dans la communauté.

La conquête de l'Ouest américain n'était pas une chose honorable comme le suggère le mythe. En réalité, elle a été violente et injuste et n'a profité qu'aux immigrants. À la fin de la plupart des fictions sur le Far West, comme dans de nombreux westerns que tu as dû voir, on voit le héros disparaître seul dans les montagnes lointaines. Bien que cette image ne dise rien d'explicite, elle implique l'idéal d'autosuffisance et d'autonomie. Ce héros de western laisse derrière lui une communauté pacifique et pleinement fonctionnelle. Il part à la recherche d'un nouveau territoire qu'il va conquérir grâce à ses violentes compétences de pionnier et, plus tard, apporter la même tranquillité qu'il a laissée derrière lui.

Botte de cowboy

Dans cet article, j'ai essayé de contribuer à différencier le mythe de la réalité et il ressort clairement que la saga du cowboy ne s'est pas seulement caractérisée par le fait de rencontrer et de surmonter des difficultés et de créer une société idéale malgré la nature sauvage. Et si l'on veut regarder l'histoire objectivement, ce sont les Indiens et non les cowboys qui ont été les héros. Ces Indiens ont résisté et se sont battus pour leur terre natale qui était envahie par les Américains. Avec cet article, on a pu voir le cowboy tel qu'il était vraiment : un homme à cheval dont les actions étaient rarement nobles ou inspirantes. Toutefois, l'extraordinaire voyage que ces hommes ont effectué du Texas au Montana était et reste un sujet d'émerveillement. La bravoure de ces hommes qui ont entrepris ce voyage ne fait aucun doute non plus.

Collection bottes de cowboy

Le mythe du cowboy américain continue à jouer un rôle énorme dans l'imagination américaine et beaucoup de gens s'y identifient et l'accepte comme vérité. Depuis plusieurs années toutefois, nous voyons de plus en plus les réalités du Far West, sa violence et son injustice, mises à l’écran dans les nouveaux westerns. Reste encore à faire la part belle aux acteurs amérindiens et à raconter l’histoire de leur point de vue. Mais nous allons dans le bon sens ! Si toi aussi certains westerns t’ont choqué pour leur représentation biaisée, commente cet article ! 


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email.